Cambodge

En khmer "Kampuchea", le Cambodge est "un vieux et grand pays" de 181000 km² et 15 millions d'habitants. Situé au fin fond de l'Asie du sud-est, sa longue histoire est parallèle à celle de l'hindouisme, puis du boudhisme qui le supplantera. Au début de notre ère, le Cambodge est composé de différents états qui guerroient entre eux. Leur unification donnera naissance à l'empire khmer, qui brillera du Xème siècle au XIVème siècle. Le pays subira ensuite un long déclin au profit du Siam, qui prendra fin avec la mise sous protectorat français en 1863.
Il se terminera en 1953 par l'indépendance du pays à la fin de la guerre d'Indochine. Norodon Sihanouk devient roi et le Cambodge une monarchie constitutionnelle. S'il affiche sa neutralité dans la guerre qui oppose les EU au Vietnam, Sihanouk permet aux troupes de ce dernier de traverser le Cambodge. La réaction américaine entraîne le renvoi du roi, remplacé par une république à la tête de laquelle est nommé le général Lon Nol. Sihanouk s'exile en Chine, et organise la riposte avec Pol Pot et les autorités chinoises.

En 1975, Lon Nol est renversé, Sihanouk se retrouve à la tête du pays pour être vite renvoyé à ses chères études par Pol Pot. S'ensuit quatre années de calvaire pour le peuple cambodgien : 2 500 000 morts en quatre années, massacres, famines, exécutions, tortures et emprisonnements vont être le lot quotidien des cambodgiens. Une des pages les plus noires de l'histoire de l'humanité, qui en compte pourtant beaucoup.
En 1979, le Vietnam intervient et chasse le dictateur génocidaire. Depuis cette date, le Cambodge est sous influence vietnamienne, avec un premier Ministre, Hun Sen, qui a fait ses armes politiques sous Pol Pot, et qui est plus ou moins aux ordres du Vietnam. Le fils de Sihanouk est roi, sans pouvoir.

La démocratie est rare en Asie. Elle n'existe pas davantage au Cambodge. Le leader du principal leader de l'opposition, Sam Rainsy, a vu son parti décimé et interdit, et lui-même contraint à l'exil en France. Partout dans le pays on voit des affiches de Hun Sen, le Premier Ministre, comme dans toute dictature cultivant le culte de la personnalité.

Le film musical et légendé (55')

Rois suprêmes du pays Khmer

cambodge 2019

J1. Siem Réap et lac Tonlé Sap

Le lac Tonlé Sap est le berceau du développement du Cambodge. La découverte des maisons sur pilotis, des forêts inondées ou des maisons flottantes de Kompong Phluk ou de Prek Toal révèle la formidable capacité d'adaptation du pays khmer au comportement phénoménal du Tonlé Sap.

Mi-fleuve, mi lac, tantôt il déverse son trop plein d'eau dans le Mékong, tantôt il reçoit ses crues. Dans ce cas, sa surface est grande comme trois fois la Corse. 170 villages se sont adaptés à ce phénomène naturel exceptionnel. Certains sont composés de maisons sur pilotis, hauts de plusieurs mètres, d'autres sont flottants, et se déplacent au gré des courants.
5% des habitants vivent de la pêche, le lac étant très poissonneux (mais une pêche industrielle naissante met en danger l'équilibre millénaire), les autres des cultures : riz, maïs, cultures maraîchères, fruits ...

J2. Siem Réap / Sambor Prei Kuk / Phnom Penh

Route sur la rive est du Tonlé Sap jusqu'au site archéologique de Sambor Prei Kuk.

Quelques kilomètres avant, arrêt au Spean Preah Toeurs, pont préangkorien reconstruit aux 12ème et 13 ème siècles. Ce pont particulièrement large est sous la surveillance d'énormes nagas de pierre - êtres mythiques de l'hindouisme, mi-hommes mi-serpents à multiples têtes.

Sambor Prei Kuk est le plus important centre préangkorien du Cambodge. Il a été construit au VIIème siècle par le roi Isanavarman 1er. Après avoir été la capitale du Tchen-la, elle conserva un rôle important comme centre d'enseignement.
Le site compte une cinquantaine de sanctuaires et tours en brique et soubassement de latérite, ornés de bas-reliefs. Ils émergent de sous-bois qui respirent la sérénité.

Quelques kilomètres avant Phnom Penh, arrêt dans un village : c'est le marché des interdits, ou insectes grillés. Mygales, termites, vers, c'est la grande foire aux insectes. Le guide m'a proposé une patte de mygale, et comme j'eus l'air de trouver ça bon, il m'offrit le meilleur de la mygale : la tête !

le pont

naga

Sambor Prei Kuk

J3. Phnom Penh

Musée National

Le principal musée archéologique du pays occupe des bâtiments construits entre 1917 et 1920. Ils revisitent de manière moderne la structure traditionnelle du temple khmer, en s'articulant autour d'un patio-jardin creusé de bassins, au centre duquel veille la statue du Roi lépreux d'Angkor Thom
2000 oeuvres majeures retrouvées sur les sites archéologiques de tout le pays sont réunies dans quatre salles ouvertes sur le patio.

La visite sur le thème de la statuaire khmère a été conduite par Jean-Michel Filippi, talentueux professeur de linguistique à l'Université Royale de Phnom Penh.

 

Capitale depuis 1866
Située à la confluence du Tonlé Sap et du Mékong, Phnom Penh est la capitale politique et économique du pays. Elle compte 1500000 habitants, ce qui en fait de loin la ville la plus peuplée du Cambodge. Du protectorat français qui en fit la capitale, elle garde un centre historique et des avenues très agréables longeant le Mékong. Ailleurs, et nous ne l'aurons guère vu, la ville connaît un développement rapide et brouillon, qui s'accompagne comme partout de pollution et de bruit.

Musée S21 (musée du génocide)

Cette ancienne école a été transformée en prison et salles de torture pendant les quatre années de l'enfer Pol Pot. 200 centres de ce type existaient dans le pays. Celui de Phnom Penh a vu passer plus de 20000 personnes, enfants, femmes, vieillards, hommes, sept seulement survivront. Ils étaient amenés là, torturés, puis tués dans les trois jours.

Au total, 2 500 000 personnes, soit un cinquième de la population, sont tuées durant ces années de plomb, pour le plus grand génocide de l'histoire de l'humanité.

Les khmers rouges sont finalement chassés du pouvoir en 1979 par les vietnamiens. Pol Pot et ses comparses prendront le maquis, et le dictateur génocidaire mourra dans la forêt, malade d'un cancer, mais aussi trahi par ses propres amis. Il échappera au procès qu'il aurait mérité. 
En 1997, le gouvernement cambodgien fait appel à l'ONU pour constituer un tribunal chargé de traduire en justice les hauts responsables du parti des khmers rouges. Le premier dossier est instruit en 2007 seulement, ce sera celui de Douch, le responsable du camp S21 évoqué ci-dessus. Il sera condamné à 30 ans de prison, sentence revue en 2012 pour être transformée en réclusion à perpétuité.

Au-delà des responsables désignés, condamnés ou morts avant les procès, ce sont des centaines, des milliers, de cambodgiens qui ont participé à ce massacre collectif. Combien de dénonciations, vengeances personnelles, vols et pillages, se cachent derrière les délations, les tortures, les assassinats, les exils, qui ont ensanglanté le Cambodge pendant quatre années?

Quel regard peut-on, après ses horreurs, porter sur le voisin, le passant, quand on sait qu'il a peut-être été, pourra ou pourrait être, un tortionnaire et un meurtrier ?

Un auteur portugais a écrit : "encore plus que le bruit des bottes, on doit craindre le silence des pantoufles".

Img 0422 Img 0432 Img 0423 Img 0429 Img 0436

 

Palais Royal

C'est un roi sans pouvoir, Norodom Sihamoni (fils de Norodom Sihanouk, qui a abdiqué en 2004) qui occupe ce monument multiple, construit dans les années 1860, et amplement remanié par la suite. Le principal bâtiment est la salle du trône, dont on ne peut qu'apercevoir l'intérieur, avec interdiction de photographier.

Ecole de danse - Champey Academy of Arts 

La culture khmère, avec ses traditions, sa musique et ses danses, aurait bien pu disparaître avec la haine assassine des khmers rouges. Transmise par tradition orale, la danse, symbolisée par les statues d'apsaras qui enjolivent toute l'architecture khmère, renaît grace à quelques écoles qui ont recherché les anciennes pratiques, pour former de nouveaux musiciens et danseurs. Danse très maîtrisée, la danse des apsaras nécessite une pratique dès le plus jeune âge, avec des entraînements longs et journaliers. Le développement du tourisme apporte des débouchés à ces danseurs dont les meilleurs deviendront professionnels. Cliquer sur l'image de droite 
 

Img 0467

La journée se termine par un dîner-croisière.

Img 0450 Img 0456 Img 0467 Img 0471 Img 0468

 

J4. Phnom Penh / croisière sur le Mékong / Kompong Cham

Avant de partir, promenade rapide dans l'ancien quartier colonial. Rappelons que les français ont quitté le Cambodge en 1953. Le quartier a conservé son charme, même si les monuments ont un aspect bien délabré. La Grande Poste est toujours opérationnelle, mais le Grand HôtelMalraux a été retenu "prisonnier" après son vol de statues, a changé de fonctions et d'aspect.

La grande avenue qui borde le fleuve reste très belle et animée. C'est l'image que je conserverai de la capitale cambodgienne.

La Grande Poste   Le Grand Hôtel
Img 0484 Img 0487 Img 0485 Img 0488 Img 0489


Croisière sur le Mékong

70km en bateau sur le Mékong, pour débarquer à 30 km de Kampong Cham. Long de 4600km, il est le dixième fleuve du monde par sa longueur, prenant sa source en Chine, puis traversant le Laos, Cambodge, Vietnam. Au Cambodge, il est très large et très poissonneux, et permet le développement d'une riche activité de pêche. Il est bordé de maisons sur pilotis où vivent les pêcheurs, souvent musulmans, que l'on voit sur des longues et fines barques traditionnelles. 

De nombreuses îles existent, nous débarquerons sur l'une d'elles, Kor Dat, dite aussi "île de la soie", et y visiterons une école, un temple et un petit atelier familial de tissage. 

Img 0508 Img 0537 Img 0518 Img 0527 Img 0555

 

J5. Kampong Cham / Kratié

Visite de Wat Nokor Bachey, temple angkorien bâti sous le règne de Jayavarman VII au 12è 13è siècle. En grès gris-noir et latérite sombre, il adopte la structure caractéristique des temples de son époque : quatre enceintes concentriques convergent vers une tour centrale.

Plus loin, 50000 hectares de plantations d'hévéas rappellent la présence de Michelin, qui, dans les années 20, a construit une usine de caoutchouc et a planté les hévéas qui vont avec. Michelin est aujourd'hui parti, mais l'usine demeure, travaillant désormais pour le Vietnam, le grand pays "protecteur". De nos jours, le caoutchouc synthétique supplante de plus en plus le produit extrait du latex.

Papa fume et maman chique. Elle chique le fruit de l'aréquier, que les enfants et ados cueillent en grimpant habilement en haut des aréquiers (vidéo dans le film). On chique toujours un peu dans les campagnes, même si cela rend les dents rouges si on abuse. 

Arrêts dans un village et une rizière avant d'arriver à Kratié.

Wat Nokor Bachey Plantation d'hévéas Rizière Fruit du lotus
Img 0594 Img 0606 Img 0624 Img 0696 Img 0701

 

J6. Kratié / Koh Trong / Stung Tren

Ville très vivante grouillante de motocyclettes, Kratié se remaque par la grande vivacité de son marché couvert, dont la partie réservée au poisson est d'un grand pittoresque.

Img 0731 Img 0743 Img 0733 Img 0756 Img 0767

Traversée du Mékong vers l'île de Trong et ses jardins qui rassemblent nombre de fruits et légumes du Cambodge. Le tour de l'île sera fait soit en vélo pour les plus sportifs soit en touc-touc pour les contemplatifs, avec arrêts à la ferme pour voir les tomates vertes et les fameux pamplemousses, les "meilleurs du monde", et aussi pour un agréable déjeuner dans une maison d'hôtes.

Après retraversée du Mékong, nous reprendrons le bateau plus loin pour voir les fameux dauphins de l'Irrawaddy, dauphins sans bec qui se complaisent dans cet endroit qui bénéfcie d'une très grande profondeur.

Img 0774 Img 0782 Img 0796 Img 0816 Img 0851

 

J7. Stung Tren / Preah Vihear

Une nouvelle route permet l'accès au temple de Preah Vihear, inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco, situé tout au nord à la lisière de la Thaïlande.

Perché sur sa montagne, objet de bien des querelles au fil des siècles, ce temple évoque la grandeur angkorienne aux marches septentrionnales de l'empire. En raison de sa situation stratégique, l'endroit fut un des derniers bastions des khmers rouges, qui n'ont quitté les lieux qu'en 1998. Pillages et démolitions ont entraîné des dommages importants, mais les vestiges demeurent exceptionnels, rehaussés par la majesté du cadre.

Img 0876 Img 0883 Img 0899 Img 0892 Img 0905

 

J8. Preah Vihear / Siem Réap

A une quarantaine de kilomètres au sud de Preah Vihear, le site de Koh Ker, qui s'étend sur 35 km2, occupe une plaine plantée de tecks et d'acacias. Il s'organise autour d'un ancien baray (lac) asséché et couvert par la végétation, et comprend 72 temples, tous inachevés.
Nous en avons visité deux :
Prasat Pram - Il consiste en cinq structures, dont les linteaux ont été arrachés.
Prasat Prang - Temple spectaculaire avec ses sept terrasses et sa pyramide à degrès, haute de 34 mètres. Accessible par un escalier en bois, et 162 marches, la dernière terrasse offre une vue panoramique que la brûme nous a un peu gâchée.

Parc archéologique d'Angkor
Témoin de la splendeur de l'empire khmer entre le 9e et le 14e siècle, il couvre plus de 400km². On pense qu'à son apogée la plus grande cité du monde ancien s'étendait sur 1000 km² et abritait 750 000 personnes.
Ici pendant 4 siècles chaque souverain fit construire son propre temple d'Etat, symbole de son règne et de son pouvoir. 
Hindouiste à l'origine, Angkor a embrassé le boudhisme mahayana sous le règne de Jayavarman VII au 13ème siècle.
Il ne reste rien des palais et des habitations de la grande cité, qui étaient en bois. Seuls les temples étaient en pierre, grès rose ou gris, et latérite.

Prasat Pram

Prasat Prang

Une vingtaine de kilomètres plus au sud, le temple de Beng Meala, cerné de douves, n'a pas été entièrement dégagé de la forêt. Un enchevêtrement de lianes et de racines aériennes plongent dans des galeries aux toits voûtés, des figuiers étranglent les tours, des jeux d'ombre et de lumière redessinent les murs couverts de mousses dans l'exubérance végétale.
On pense généralement que le temple fut construit au début du 12è siècle, et consacré à Vishnou.
Ce temple à l'atmosphère magique a servi de décor au film Tomb Raider (avec Angelina Jolie, 2001) et de Deux frères (de Jean-Jacques Annaud, 2004).

  Img 1120 Img 1111 ​​Img 1117Img 1101 Img 1104

 

J9. Siem Réap - parc archéologique d'Angkor

Groupe de Roluos - A 13 km à l'est de Siem Réap, Roluos est un ensemble de trois temples bâtis au 9ème siècle et tout début du 19ème. Nous en avons vu deux, Preah KO et Bakong.
Preah Ko, composé de deux rangées de trois tours en brique, est le plus ancien du groupe de Roluos. Les linteaux, finement travaillés, déclinent des figures de kala, monstres gardiens du temple, de la gueule desquels sort un naga aux têtes multiples.

Proverbe cambodgien
Quand un diplomate dit oui, cela veut dire peut-être. Quand il dit peut-être, ça veut dire non. Quand il dit non, ce n'est pas un diplomate.

Bakong est un majestueux temple pyramidal à cinq niveaux (30 mètres de hauteur avec la tour), construit en 881. Ce temple donna le coup d'envoi de la construction de ce qu'on appelle les temple montagne (pyramide) qui, en plaçant le mon Meru au coeur de la capitale, faisait d'Angkor le centre du monde.
Les douves sont franchies par une balustrade bordée de nagas à sept têtes, ce qu'on verra partout les siècles suivants.

Preah Ko ​Bakong
Img 1144 Img 1149 Img 1179 Img 1176 Img 1196

 

Banteay Srey (citadelle des Femmes) a inauguré la restauration des monuments angkoriens par anastylose (démontage et remontage). C'est là que le jeune Malraux tenta en vain de voler des statues, ce qui lui valut, comme on l'a vu, un séjour dans le Grand Hôtel de Phnom Penh.
Ce temple est l'un des rares à n'avoir pas été construit à la demande d'un souverain. Daté de 967, il présente des bas-reliefs exceptionnels, unanimenent reconnus comme un des chefs d'oeuvre de l'art khmer. C'est le gès rose, pierre au grain très fin, qui a permis la création de ces véritables broderies de pierre.

Img 1230 Img 1247 Img 1250 Img 1248 Img 1259

Deux temples encore pour terminer la journée, Mebon et Perup, et un arrêt à une échope de vente de sucre de palme.

Mebon Sucre de palme Prerup
Img 1274 Img 1278 Img 1264 Img 1261 Img 1284

Le soir après dîner : très joli spectacle mi-danse mi acrobaties.

J10. Siem Réap - parc archéologique d'Angkor

Majestueux, unique, Angkor Wat est le plus impressionnant des temples-montagnes d'Angkor. Il fut le temple d'Etat du roi   (1113-1150), sa construction prit trente ans. Il consiste en trois niveaux, séparés par des cours intérieures pavées, creusées de bassins sacrés et ponctuées d'édicules de grès.
Les douves larges de 200m qui le ceinturent, dessinant un rectangle de 1300m sur 1500m, symbolisent l'Océan primordial sur lequel s'étend le continent mythique Jambudvipa, au coeur duquel se dressent les cinq sommets du mont Meru (les cinq tours du temple), la montagne sacrée où séjournent les dieux. Un petit air d'Olympe, non ?
La galerie extérieure est recouverte sur tout son pourtour de bas-reliefs racontant des histoires de la mythologie hindoue, de batailles, et sur le mur est, le barattage de la mer de lait (voir ci-contre).

Le barattage de la mer de lait
Mythe fondateur dans la cosmologie hindoue, il symbolise l'affrontement au sommet du Bien et du Mal. Les deva (gentils dieux) et les asura (méchants démons) doivent baratter la mer de lait pour en extraire l'amrita, l'élixir d'immortalité. Ils s'associent alors, s'emparent du serpent Vasuki, l'enroulent autour du mont Mandara, et tirent chacun de leur côté, les uns par la queue, les autres par la tête,  afin de lui donner un mouvement de rotation constante qui baratte la mer. 
Chacun bien sûr espère l'emporter pour s'emparer du précieux élixir, sous le contrôle du bon dieu Vishnou. Comme il se doit, les gentils l'emportent, et boivent l'amrita. Ne risquant plus rien puisque devenus immortels, ils précipitent les asura dans les enfers!

Moins visité parce qu'un peu excentré, Banteay Samre est un sanctuaire consacré à Vishnou, construit au milieu du 12ème siècle sous le règne de Suryavarman II (1113-1150). Il adopte le style d'Angkor Wat dont ce roi est l'auteur.

Img 1393 Img 1399 Img 1394 Img 1404 Img 1405

Pour clore la journée, conférence en soirée d'Olivier Cunin, docteur en architecture, qui a consacré sa thèse à Angkor, sous le titre "De Ta Prohm au Bayon : analyse comparative des principaux monuments du style du Bayon".

J11. Siem Réap - Parc archéologique d'Angkor

Ta Prohm a été construit par Jayavarman VII, le batisseur d'Angkor Wat. C'est un monastère boudhique, fondé en l'honneur de la mère du roi. Une tour à visages caractéristique du style du Bayon (cf. ci-après) surmonte le porche d'entrée. L'endroit dégage une atmosphère particulièrement romantique, ayant bénéficié d'une restauration visant à consolider discrètement les édifices sans altérer l'impression d'un temple envahi par la jungle.

Img 1420 Img 1421 Img 1425 Img 1441 Img 1448

 

Img 1482La construction de Ta Keo (photo de droite) a été initiée par Jayavarman V (968-1000) et poursuivie par ses successeurs. Laissé inachevé, c'est un temple-montagne avec les cinq pics du mont Meru.

On accède à la porte nord d'Angkor Thom par un pont bordé de balustrades représentatnt le barattage de la mer de lait. Des statues à visages géants surmontent la gopura.

Img 1484 Img 1495 Img 1491 Img 1499

 

Vaste complexe monastique boudhique, Preah Khan (fin 12ème s.) est le pendant de Ta Prohm. Son fondateur, Jayavarman VII l'a dédié à son père, comme il avait dédié Ta Prohm à sa mère. Le roi s'y installa dans l'attente de la fin de la construction d'Angkor Thom, et en fit un important centre d'enseignement, abritant à son apogée jusqu'à 10000 moines.
Le style de Bayon s'affiche dans les tours-gopura de l'enceinte extérieure et dans les scènes de barattage représentées par les balustrades des allées d'accès.

Img 1502 Img 1504 Img 1513 Img 1517 Img 1515

 

Une longue allée surélevée, soutenue par des piliers cylindriques, dessert le temple de Baphuon, construit au milieu du XIème s. Il se présente comme une pyramide à degrés de 35mètres de hauteur, formée de trois terrasses. Il fut édifié comme shivaïte avant d'être reconverti au boudhisme theravada.

La Terrasse des Eléphants fait partie de l'ensemble du Palais royal, le palais proprement dit ayant disparu. Sur 300m de longueur, tout au long de la terrasse, défilent des cortèges de pachydermes de 2,50m de haut, sculptés en bas-reliefs. Six éléphants gardent l'escalier central, leurs trompes cueillant des brassées de fleurs de lotus. 

Un étroit passage un peu labyrinthique, bordé de bas-reliefs représentant des apsaras (danseuses) mène ensuite à la Terrasse du roi lépreux.

Bayon est un site extraordinaire, que nous visiterons avec Olivier Cunin. La tour centrale du temple-montagne s'entourait de 54 tours de moindre élévation. 37 sont encore debout, ornées de têtes de pierre géantes, aux traits emprunts de sérénité.
La galerie extérieure comporte des bas-reliefs sur tout son pourtour, représentant des scènes de batailles ou de la vie de tous les jours.

Img 1560 Img 1576 Img 1586 Img 1600 Img 1588

Pour terminer cette folle journée, très chaude, rien de mieux que de passer le pont par la porte sud, avec le barattage de la mer de lait. On a vu qu'à la fin des fins les gentils gagnent, mais qu'ils se comporteront pareillement que les méchants, puisqu'ils envoient leurs vaincus aux enfers, se sachant désormais immortels.
La morale n'est pas sauve dans cette histoire !!à croire que les gentils n'existent pas !!!

Img 1626 Img 1631 Img 1632 Img 1633 Img 1629

Img 1634

J12. Siem Réap et envol vers Hong-Kong et Paris

Visite du très pédagogique musée national d'Angkor de Siem Réap (photos interdites). Petite promenade ensuite dans Siem Réap, avec notamment visite d'un marché. 

Dernier déjeuner en commun à l'aéroport, et c'est parti pour une vingtaine d'heures d'avion et d'attentes diverses pour retrouver l'architecture moins charmante des environs de Roissy.

Img 1666 Img 1667 Img 1672 Img 1674 Img 1676

 

Nous étions dix pour ce très beau voyage, onze avec l'accompagnateur, douze avec le guide cambodgien. Nous voilà tous réunis ci-dessous (sauf le guide), avec tous en commun le partage de formidables images et émotions, qui resteront longtemps gravées en nous.

Photo du groupe 1