$(document).ready(function(){ $(window).on('scroll', function () { var elmt = $('.from-left, .from-right'); var topImg = $('.from-left, .from-right').offset().top; var scroll = $(window).scrollTop(); $(elmt).each(function() { var topImg = $(this).offset().top - 300; if ( topImg < scroll ) { $(this).css("transform", "translate(0,0)"); $(this).css("opacity", "1"); }; }); }); });

Au départ de Vauboyen

2019 06 22 094107Parcours en grande partie inédit pour Alain, Jean-Louis et moi. Et pourtant, la vallée de la Bièvre et la forêt de Versailles, ce n'est pas bien loin. Voilà un bel îlot de verdure coincé entre Versailles au nord et Saclay au sud, avec en son coeur Jouy-en-Josas et le charmant village des Loges-en-Josas. Une belle promenade, je vous dis !

Hameau de Vauboyen

Chateau de vauboyenNous partons de la petite gare de Vauboyen, petit hameau dépendant de la commune de Bièvres, où passe le RER C, et qui dessert ... la pleine campagne. Car il n'y a pas beaucoup de maisons autour, il n'y en a même pas du tout.

Tout près, le château de Vauboyen offre à nos regard envieux un grand portail un peu défraîchi, derrière lequel on imagine un parc luxuriant. Mais de château, point.

Pourtant il existe bel et bien, il a été construit au tout début du XIXème siècle, dans le style palladien. Son parc renferme une folie, plusieurs bâtiments annexes, le tout est visitable tous les jours du 1er juillet au 15 août.
Bièvres a eu son heure de gloire au XIXème siècle, les artistes prisaient la région, et Louis-François Bertin, propriétaire et directeur du Journal des débats  tenait dans le château des Roches, voisin, un brillant salon littéraire, où étaient présents Victor Hugo, Berlioz, Gounod, Ingres, Liszt, Chateaubriand ... Que du beau monde !

Nous gagnons la forêt par le bois Montéclin, puis celui de l'Homme mort, homonyme d'un magnifique col des Cévennes, beau souvenir pour les rttistes du chemin de Stevenson.

Hameau des Metz

Maison de leon blumAprès le carrefour de la Cour Roland, un petit étang nous surprend. Juste derrière, les ateliers de la Cour Roland rassemblent des ateliers d'artistes. Nous y humerons l'odeur alléchante des grillades au feu de bois, mais les artistes étaient cachés. Pourtant ils sont un millier d'adhérents qui viennent ici, attirés par la création dans de multiples domaines, poterie, porcelaine, peinture, meubles en carton, céramique, encadrement ...

Piquant vers le sud, nous longeons les hauts de Jouy-en-Josas.

Une première curiosité est la maison de Léon Blum, dite "le Clos des Metz, ancienne fermette du XVIIIème siècle. Léon Blum y vécut de 1945 à 1950 de retour de Buchenwald. La maison est restée telle que Jeanne Blum, son épouse, l'a laissée à sa mort en 1982. Elle avait été vendue en viager en 1972 au syndicat inter-communal d'aménagement Jouy-Vélizy, avec une condition: "la maison devra perpétuer le souvenir du président Léon Blum et être affectée à un usage culturel et musical".

 

20190620 134226 copierOn marche dans une petite rue riche de belles et grandes villas, certaines récentes, d'autres plus anciennes. On est sur le coteau, les jardins sont pentus, la forêt cache la ville de Jouy, située en contrebas.

Le château de Montebello termine le chemin du Cordon. C'est une grosse bâtisse du début du XIXème siècle, qui appartînt un temps à un descendant du maréchal Lannes, qui s'appelait Montebello. Au milieu du XXème siècle, le château est la propriété du constructeur automobile Facel Véga, qui eut son heure de gloire, et de désespoir aussi quand il fut entraîné à la faillite après avoir dû rappeler 300 véhicules suite à des vices de construction. C'est aujourd'hui une résidence privée, transformée, je pense, en appartements.

Quelques centaines de mètres plein nord dans la forêt de Versailles, puis plein sud dans la même forêt via un long chemin rectiligne, agréable et férré, d'ailleurs il s'appelle "route ferrée, on arrive à la Maison forestière du Petit-Jouy, puis au village des Loges en Josas. Eh bien ! ne nous croyez pas si vous voulez, aucun de nous trois ne connaissait ce charmant village, accolé pourtant à Versailles. Nous avons pique-niqué sur la belle petite place, face à la mairie, sur un banc qui entoure un arbre. Comble du luxe, le café était servi au café de la mairie, tout à fait digne de nous recevoir un de ces prochains jeudis pour un déjeuner simple ou moins simple.

 

20190620 150441 copierTout au sud, à la limite du domaine de la forêt de Versailles, nous nous enfonçons dans un petit chemin pas débroussaillé (mais que font donc les organisateurs !?), pour découvrir un endroit surprenant, deux petits étangs séparés par un chemin recouvert par une végétation étonnement partout luxuriante. Un arbre a attiré notre attention, volumineux, aux feuilles ressemblant à celles du lierre, et riches de plein de jolies fleurs jaune-orangé en forme de tulipes. Belle occasion pour Alain de tester l'application pl@nt.net, et eureka, elle nous dit que c'est, mais oui bien sûr, un liriodendron tulipifera, autrement dit un tulupier de Virginie.

On poursuit à la lisière de la forêt, sur le plateau de Saclay, pour arriver à la magnifique ferme du Grand Viltain, avec son habitation du XVIIIème siècle, puis celle plus modeste du Petit Viltain et enfin à la ferme de Viltain (bien connue d'Alain qui achète des yaourts de la marque) et qui propose la cueillette, comme le fait la ferme de Gally.
Alain et Jean-Louis se sont précipités dans la grande boutique de la ferme, non pour leur propre plaisir de gourmand, mais pour la satisfaction de celui de leurs épouses, bien sûr ! 

Les trois derniers kilomètres sont un peu moins plaisants, nous sommes dans les faubourgs de Saclay, et se terminent par un miracle maintes fois répété, le retour à la case départ.

Le film (cliquer sur l'image)

Le parcours

 
 

rambouillet chevreuse