Au départ de Lyons-la-Forêt

Bande lyons
Nous nous enfonçons toujours plus dans la Normandie, et poussons jusqu'à Lyons-la-Forêt, 113 km, pour visiter cette icône normande et la forêt éponyme qui l'entoure. Michèle, Alain, Michel et moi sommes de cette jolie rando d'une petite vingtaine de kilomètres, par un temps très agréable. 

Lyons-la-Forêt

Ce vieux village du Vexon normand est situé au NE du départment de l'Eure, au coeur de la forêt domaniale de Lyons. La petite cité étire ses façades parées de colombages, de torchis colorés et de briques le long de la Lieure. Les commerces s’animent autour des halles du XVIIIème siècle, où l’on trouve également quelques fleurons de l’architecture locale, tels le Vieux Logis ou l’ancien bailliage devenu hôtel de ville.

Vers l'abbaye de Mortemer

On pique plein sud vers l'abbaye de Mortemer. 
A quelques centaines de mètres de Lyons, sur la hauteur, se touve le joli petit château de Croix-Mesnil. De style Louis XIII, il a été bâti en 1610 par François Le Blanc, qui par son mariage, fut le cousin du poète Isaac de Benserade, dont la place du village porte aujourd'hui le nom. La famille le vend en 1718. Les propriétaires vont se succéder jusqu'en 1854, qui voit le château être acquis par le rouennais Louis Hazard. Il est toujours dans la famille.

Au 19ème siècle, le château participa à la vie intellectuelle de la règion, Flaubert et Mérimée le fréquentèrent.

Le château reste entouré d'un haut mur, sauf à deux endroits où un fossé a été créé sur quelques mètres. On s'est posé la question d'en savoir l'utilité. Ces sauts de Loup ont été crées pour dégager la perspective vue du château, tout en empêchant les animaux d'entrer dans le parc.

L'abbaye de Mortemer est une abbaye cistercienne fondée en 1134 par le roi d'Angleterre Henri 1er. La plupart des bâtiments d'origine datant des 12 ème et 13 ème siècles sont en ruine. Le grand logis date du 17ème siècle, et abrite le musée de l'abbaye. Une cinquantaine de moines y vivaient en quasi autarcie. Il n'en restait plus que quatre à la révolution, qui furent persécutés et assassinés dans le cellier. Vendue comme bien national à un sieur Duval, l'église et les bâtiments furent dépecés et les pierres vendues pour les constructions locales. Après plusieurs ventes, l'Association de l'Abbaye de Mortemer l'achète en 1985, et l'ouvre au public en animant des spectacles et en ouvrant un musée sur la vie des moines.

le Grand Logis, vu de côté

la Porterie

derrière le mur d'enceinte

ruines de l'église abbatiale

Chapelle et fontaine Sainte-Catherine

En lisière de la forêt de Lyons au lieu-dit Les Fosses Gloriette, sur l'une des sources qui alimente le Fouillebroc, cours d'eau affluent de l'Andelle, se dresse un édifice auquel on donne aussi le nom de chapelle Sainte-Catherine. Cette fontaine de dévotion a été édifiée au XVIII ème siècle. Elle était l'objet d'un pèlerinage, les filles célibataires venaient adresser une prière et déposer un objet leur ayant appartenu au pied de Sainte Catherine, pour trouver un mari au cours de l'année. En 1987, Pierre FROMONT découvre cette chapelle au bord de l'eau et décide de la restaurer, il crée l'association "Sainte-Catherine". Une mexicaine fortunée, Antonietta de Vich se transforme en mécène et permet de réaliser une statue de pierre. Pendant quelques années, cette statue de Sainte-Catherine orne la stèle au dessus de la source. Mais un jour des individus malveillants la dérobent, malgré les recherches importantes entreprises, elle ne fut jamais retrouvée. Le 24 novembre 2002, le curé de Lisors, l'abbé Jacques a consacré une nouvelle statue en métal à l'effigie de Sainte-Catherine réalisée par le sculpteur Régis LEBEL.

 

Le film (3'45)

Le parcours

 
 

Eure